Communiqué de presse

MISSISSAUGA, Ontario, 11.02.2020

Réponse de Roche Canada à la recommandation du Programme pancanadien d’évaluation des anticancéreux concernant TECENTRIQ (atézolizumab) pour le traitement du cancer du poumon à petites cellules étendu (CPPC-E)

MISSISSAUGA, Ontario, le 11 février 2020 – Le 30 janvier 2020, Hoffmann-La Roche Limitée (Roche Canada) a reçu, de la part du Comité d’experts en examen (CEEP) du Programme pancanadien d’évaluation des anticancéreux (PPEA), une mise à jour relative à la recommandation finale défavorable concernant le remboursement de TECENTRIQ (atézolizumab) pour le traitement du cancer du poumon à petites cellules étendu (CPPC-E).

Roche Canada est en profond désaccord avec la recommandation émise par le CEEP et ses conséquences pour les patients canadiens atteints de CPPC-E, et continuera ses démarches afin d’obtenir le remboursement de ce médicament pour les patients.

L’Agence canadienne des médicaments et des technologies de la santé (ACMTS) évalue les données cliniques et économiques ainsi que les données sur les patients pour les médicaments anticancéreux dans le cadre du PPEA. Cette évaluation permet de formuler des recommandations sur le remboursement des médicaments à l’intention des régimes publics (provinciaux et territoriaux) d’assurance médicaments (sauf celui du Québec) et des sociétés provinciales du cancer. Santé Canada a consenti à l’examen prioritaire de TECENTRIQ, dont la vente a été autorisée le 8 août 2019, pour l’utilisation, en association avec le carboplatine et l’étoposide, dans le traitement de première intention des patients adultes atteints d’un cancer du poumon à petites cellules étendu (CPPC-E). Cette autorisation reposait sur l’étude de phase III IMpower133, première étude de phase III portant sur une immunothérapie d’association à démontrer l’amélioration de la survie globale et de la survie sans progression dans le traitement de première intention du CPPC-E.

Roche Canada est en désaccord avec la décision du CEEP pour les raisons suivantes :

L’étude pivot IMpower133 est la première étude de phase III portant sur une immunothérapie d’association à démontrer une amélioration d’importance clinique de la survie globale et de la survie sans progression dans le traitement de première intention du CPPC-E.

·       Il s’agit d’une étude de phase III directement comparative, avec placebo, répartition aléatoire et double insu, ce qui représente le niveau le plus élevé de données probantes permettant d’évaluer le bienfait clinique d’un produit par rapport au traitement de référence canadien.

·       Le groupe d’orientation clinique du PPEA, qui prépare un rapport d’orientation clinique et le soumet au CEEP à des fins d’examen, a conclu que TECENTRIQ est associé à un net bienfait clinique dans le CPPC-E.

·       La maturité des données sur la survie globale (SG) a été démontrée par une période de suivi à long terme appropriée.

Les commentaires soumis au PPEA par les intervenants à des fins d’examen appuient une recommandation favorable en matière de remboursement.

·       Les témoignages soumis au PPEA par des cliniciens et des patients à des fins d’examen appuient une recommandation favorable, notant le besoin non satisfait dans le traitement du cancer du poumon à petites cellules et l’amélioration significative des résultats cliniques démontrés par le schéma thérapeutique utilisé dans l’étude Impower133.

Certaines instances de réglementation et autorités provinciales ont validé la valeur clinique.

·       Santé Canada et la FDA ont tous deux autorisé un examen prioritaire. Ce dernier s’applique aux produits qui comblent un besoin non satisfait ou représentent une solution thérapeutique novatrice.

·       L’Institut national d’excellence en santé et services sociaux (INESSS) du Québec a statué que l’amélioration de la survie est considérée comme significativement importante et que la valeur thérapeutique de TECENTRIQ est reconnue.

Lignes directrices de pratique clinique à l’appui

·       Les lignes directrices de pratique clinique du National Comprehensive Cancer Network (NCCN) ont également adopté et reconnu le schéma thérapeutique utilisé dans l’étude IMpower133 comme traitement privilégié pour les patients atteints de CPPC-E.

Bien qu’une recommandation défavorable du CEEP soit un obstacle de taille à l’obtention du remboursement par les Canadiens, Roche continuera d’explorer toutes les possibilités auprès des responsables des régimes publics (provinciaux et territoriaux) d’assurance médicaments et des sociétés provinciales du cancer afin que les patients aient accès au médicament dans tout le pays.

À propos du besoin non satisfait dans le traitement du CPPC

Le cancer du poumon est la forme de cancer la plus fréquemment diagnostiquée au Canada. En moyenne, chaque jour, 78 Canadiens reçoivent un diagnostic de cancer du poumon. Ce dernier est aussi la principale cause de décès par cancer. Le CPPC est la forme la plus agressive de cancer du poumon. Caractérisé par une croissance rapide des tumeurs et l’apparition précoce de métastases, il représente environ 15 % de tous les cas de cancer du poumon au Canada – ce qui équivaut à 4 300 nouveaux patients chaque année. Parmi tous les nouveaux cas de CPPC, deux sur trois sont diagnostiqués à un stade étendu. Le pronostic des patients atteints de CPPC-E a toujours été très sombre, soit un taux de survie estimatif à 5 ans de 3 %.

« Le cancer du poumon à petites cellules étendu est difficile à traiter, et même si la réponse à la chimiothérapie peut être excellente, la plupart des patients décèdent au cours de l’année, explique la Dre Barbara Melosky, professeure de médecine à l’Université de la Colombie-Britannique. Le schéma thérapeutique pour cette maladie n’a pas changé depuis trente ans, et plusieurs études évaluant de nouveaux agents ont échoué. Cette année, toutefois, un bienfait a été observé lorsque ce traitement immunologique / inhibiteur de point de contrôle a été ajouté à la chimiothérapie. Il s’agit de la première étude sur ce cancer extrêmement agressif à avoir donné des résultats positifs. »

Au sujet de TECENTRIQ® (atézolizumab)

TECENTRIQ est un anticorps monoclonal conçu pour se lier directement au PD-L1 exprimé à la surface des cellules tumorales et des cellules immunitaires infiltrant la tumeur. Cette liaison empêche les interactions entre le PD-L1 et d’autres récepteurs de surface cellulaire. En bloquant le PD-L1, TECENTRIQ peut réactiver la réaction immunitaire antitumorale. Actuellement, Roche compte 12 études de phase III qui visent à évaluer l’utilisation de TECENTRIQ en monothérapie ou en association avec divers agents pour le traitement du cancer du poumon.

À propos de Roche et du cancer du poumon

Le cancer du poumon est l’un des principaux domaines d’intérêt et d’investissement de Roche, et la société est déterminée à développer de nouveaux médicaments, tests et approches susceptibles de venir en aide aux patients atteints de cette maladie. L’objectif de Roche consiste à fournir une option thérapeutique efficace à chaque patient chez qui un cancer du poumon a été diagnostiqué. Au Canada, Roche dispose actuellement de quatre médicaments homologués pour traiter certains types de cancer du poumon et de plusieurs autres médicaments en développement destinés à cibler les facteurs génétiques les plus fréquents du cancer du poumon ou à stimuler le système immunitaire pour combattre la maladie.

À propos de Roche

Roche est une pionnière à l’échelle mondiale dans les domaines pharmaceutique et diagnostique, qui est déterminée à faire avancer la science pour améliorer la vie des gens. Regroupant son expertise dans les domaines pharmaceutique et diagnostique sous un même toit, Roche est devenue un leader dans les soins de santé personnalisés – une stratégie visant à offrir le bon traitement à chaque patient de la meilleure façon possible.

Roche est la plus grande compagnie de biotechnologie au monde, offrant une variété de produits qui se distinguent véritablement en oncologie, en immunologie, dans le traitement des maladies infectieuses, en ophtalmologie et dans les troubles du système nerveux central. Roche est également le leader mondial des produits diagnostiques in vitro et du cancer à partir d’échantillons tissulaires, et un chef de file dans la prise en charge du diabète.

Fondée en 1931, Roche Canada se voue à la recherche de meilleures façons de prévenir, de diagnostiquer et de traiter les maladies tout en apportant une contribution durable à la société. L’entreprise compte aujourd’hui plus de 1 200 employés dans l’ensemble du pays au sein de sa division pharmaceutique à Mississauga, en Ontario, et de ses divisions Diagnostics et Soins du diabète à Laval, au Québec.

Roche aspire à améliorer l’accès des patients aux innovations médicales en collaborant avec tous les intervenants concernés. Roche Canada participe activement à la vie des collectivités locales par l’intermédiaire de dons de charité et de partenariats avec des organismes et des établissements de santé qui travaillent de concert pour améliorer la qualité de vie des Canadiens. Pour de plus amples renseignements, veuillez consulter www.rochecanada.com.

 

Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec :

Bridget Wells                                                       

Roche Canada                                                    

Tél. : 905 542 5072                                             

Courriel : bridget.wells@roche.com