Les biomarqueurs de la démence modifient la pratique clinique de la maladie d’Alzheimer

Les biomarqueurs de la démence modifient la pratique clinique de la maladie d’Alzheimer

La maladie d’Alzheimer (MA) est une maladie neurodégénérative incurable et dévastatrice dont souffrent plus de 600 000 Canadiens.1 Plus de 95% des cas sont sporadiques et surviennent à un âge avancé, avec des caractéristiques physiopathologiques du peptide amyloïde β (Aβ) accumulé et des enchevêtrements neurofibrillaires de protéine tau dans le cerveau.2 La maladie préclinique peut être présente pendant des décennies avant l’apparition de signes et de symptômes cliniques qui, une fois manifestes, progressent généralement sur 8 à 10 ans, entraînant finalement le décès de la personne dû à des complications.2

COMPLEXITÉS DU DIAGNOSTIC DE LA MALADIE D’ALZHEIMER

Les symptômes de la MA apparaissent généralement après l’âge de 60 ans, bien que les personnes porteuses de certaines mutations génétiques rares puissent développer la maladie plus tôt.3 Actuellement et historiquement, le diagnostic de la MA est confirmé post mortem par une autopsie cérébrale ou sur la base de symptômes cliniques, y compris des tests cognitifs, un nombre significatif de patients étant diagnostiqués lorsque leur maladie a déjà progressé. Un diagnostic de MA basé sur des mesures cognitives seules n'est correct que dans 70 à 80% des cas. Même avec des examens d’imagerie tels que la tomodensitométrie (TDM) et l’imagerie par résonance magnétique (IRM) ou la tomographie par émission de positons (TEP), le diagnostic pourrait ne pas être concluant.3

Au Canada, les lignes directrices nationales sur le diagnostic de la MA donnent à penser que la plupart des tests de dépistage et des examens cliniques doivent être effectués par un médecin généraliste et que les diagnostics plus avancés doivent être adressés à des cliniques spécialisées.4 Cependant, selon les études, moins de la moitié des personnes atteintes de démence reçoivent un diagnostic pendant que de nombreux progrès sont réalisés entre temps.5 Bien que les critères cliniques aient été la base principale du diagnostic de la MA, les définitions biologiques de la MA, basées sur les biomarqueurs des dépôts d’Aβ, la tau pathologique et la et la neurodégénérescence, ont été utilisées dans les milieux de recherche.4

UNE NOUVELLE ÈRE DE THÉRAPIES MODIFICATRICES DE LA MALADIE

Bien que dans le passé, seul le traitement des symptomes (et non de la maladie) soit disponible et qu’il n’y ait pas eu d'options de traitement modifiant la maladie pour la MA, aujourd’hui, un certain nombre de médicaments visant à modifier la maladie à ses premiers stades (la déficience cognitive légère (DCL) due à la MA et la démence légère due à la MA)

sont actuellement. Cela dit, selon les dernières avancées de la recherche, l’approche thérapeutique pour les patients aux premiers stades de la MA devrait être différente de celle des patients aux  stades plus avancés.6,7,8

L’ère tant attendue du traitement de fond de la maladie d’Alzheimer va certainement voir le jour dans le futur, et une fois le(s) traitement(s) disponibles homologués, ces traitements auront un impact considérable sur la prise en charge de la maladie. Cependant, aucun système de santé national ou provincial n'est prêt à fournir ces thérapies à plus d'une fraction des patients susceptibles d'y avoir droit, en raison des contraintes de capacité des systèmes de santé existants et de la nécessité d'établir des diagnostics fondés sur des biomarqueurs pour confirmer l'admissibilité au DMT.9

RÔLE DES BIOMARQUEURS

Les thérapies ciblées sur l'Aβ nécessitent la détection de l'agrégation de l'Aβ et c'est là que les biomarqueurs sont d'une grande utilité dans la maladie d'Alzheimer, car ce sont des mesures objectives, reproductibles et indépendantes du jugement du clinicien. Les signes d'agrégation Aβ peuvent être détectés à l'aide du liquide céphalorachidien (LCR) ou de la tomographie par émission de positrons (TEP) pour déterminer l'éligibilité au traitement.12-16 Un biomarqueur sanguin comme preuve de la pathologie de la maladie d'Alzheimer pourrait également être disponible à l'avenir. 

Ces modalités présentent des avantages et des inconvénients en termes de coût, d'accès et d'acceptabilité. L'élargissement de l'accès au test du LCR devrait être plus rentable que la TEP et pourrait fournir des preuves de la pathologie amyloïde et de la pathologie tau. Le test du LCR nécessite une capacité de ponction lombaire avec un personnel infirmier ou médical formé, ainsi qu'un personnel et un équipement de laboratoire pour l'analyse et l'interprétation. La TEP amyloïde nécessite la disponibilité d'un scanner et d'un traceur, des médecins nucléaires, et elle est coûteuse. 

Malheureusement, le faible nombre de spécialistes de la démence et l'accès limité à l'imagerie allongent les temps d'attente pour ces services au Canada.17 Lors de la récente conférence canadienne sur la démence, il a été souligné que "l'élargissement de l'accès des patients canadiens aux biomarqueurs du LCR tout en renforçant les preuves pour les futurs biomarqueurs sanguins permettra aux patients potentiellement éligibles aux DMT d'obtenir un diagnostic plus rapidement".18 

LE POUVOIR DE SAVOIR

L'utilisation d'un biomarqueur pour établir un diagnostic rapide présente également d'autres types d'avantages pour les patients, comme le montrent les recherches menées à l'Universitéé de la Colombie-Britannique (UBC). D'après ces recherches, de nombreuses personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer veulent connaître leur condition confirmée par un diagnostic. La clarté du diagnostic semble être le principal facteur de motivation dans leur décision de subir un test diagnostic. Les patients et les professionnels de la santé utilisent les résultats de tests pour apporter des changements positifs à leur mode de vie et pour mieux planifier leur avenir. Avoir un diagnostics clair produit des sentiments positifs chez les patients et les soignants.

Les résultats ont également démontré la valeur du diagnostic précoce dans l'orientation des soins médicaux, même en l'absence de traitements modificateurs de la maladie, puisque des changements substantiels dans la gestion clinique ont été observés en conséquence directe du test des biomarqueurs de la maladie d'Alzheimer. L'utilisation appropriée des traitements médicamenteux disponibles de la maladie d'Alzheimer a augmenté pour les patients positifs aux biomarqueurs et diminué pour les patients négatifs aux biomarqueurs, et l'utilisation des biomarqueurs a réduit le besoin de diagnostics coûteux par imagerie cérébrale. L'utilisation appropriée des traitements pour la maladie d'Alzheimer a augmenté pour les patients positifs aux biomarqueurs et diminué pour les patients négatifs aux biomarqueurs, et l'utilisation des biomarqueurs a réduit le besoin de diagnostics coûteux par imagerie cérébrale.

CONCLUSION

La clé pour transformer la vie des personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer est de poser un diagnostic le plus tôt possible et d'intervenir avec les bons plans de soins. Les nouveaux tests diagnostiques, comme le test des biomarqueurs du LCR, ont le potentiel de rationaliser le parcours du patient, en améliorant la rapidité et l'accès à un diagnostic de confirmation, donnant ainsi aux personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer et à leurs aidants plus de temps pour planifier et préparer l'avenir.

Article rédigé par: Dr. Alonso Montoya, MSc, MD ; responsable des biomarqueurs neuroscientifiques, Roche Diagnostics, Canada

Pour plus d’informations sur les tests de Roche Diagnostics basés sur le dosage de biomarqueurs à partir du liquide céphalo-rachidien (LCR) qui aident à l’identification du risque de déclin cognitif et sont utilisés pour détecter la pathologie amyloïde associée au diagnostic de maladie d’Alzheimer (MA), consultez notre communiqué de presse (Juin 2023): https://www.rochecanada.com/fr/medias/development-in-alzheimer

Références de l’article

Roche Media Release (June 2023):

https://www.rochecanada.com/media/development-in-alzheimer

1 Navigating the Path Forward for Dementia in Canada: The Landmark Study Report #1. Alzheimer Society of Canada. https://alzheimer.ca/en/research/reports-dementia/landmarkstudy-report-1-path-forward. Accessed November 16, 2022.

2 Masters, CL, Bateman, R, Blennow, K, Rowe, CC, Sperling, RA, Cummings, JL. Alzheimer’s disease. Nat Rev Dis Primer. 2015;1:15056. DOI: 10.1038/nrdp.2015.56.

3 Gaugler JE, et al. Characteristics of patients misdiagnosed with Alzheimer’s disease and their medication use: an analysis of the NACC-UDS database. BMC Geriatrics. 2013;13;137.

4 Ismail Z, Black SE, Camicioli R, et al. Recommendations of the 5th Canadian consensus conference on the diagnosis and treatment of dementia. Alzheimers Dement. 2020;16:1182–95.

5 Russell P, Banerjee S, Watt J, et al. Improving the identification of people with dementia in primary care: evaluation of the impact of primary care dementia coding guidance on identified prevalence. BMJ Open. 2013;3

6 Morat´o X, Pytel V, Jofresa S, Ruiz A, Boada M. Symptomatic and disease modifying therapy pipeline for Alzheimer’s disease: towards a personalized polypharmacology patient-centered approach. Int J Mol Sci. 2022;23:9305

7 Cummings J, Lee G, Nahed P, et al. Alzheimer’s disease drug development pipeline: 2022. Alzheimers Dement Transl Res Clin Interv. 2022;8:e12295

8 van Dyck CH, Swanson CJ, Aisen P, et al. Lecanemab in early Alzheimer’s disease. N Engl J Med. 2022;0:9–21

9 Black SE, Budd N, Nygaard HB, Verret L, Virdi S, Tamblyn Watts L, Wilson M. A Model Predicting Healthcare Capacity Gaps For Alzheimer’s Disease-Modifying Treatment in Canada. Can J Neurol Sci. 2023 Aug 18:1-8

12 McDade EM. Alzheimer disease. Contin Minneap Minn. 2022;28:648–75

13 Brand AL, Lawler PE, Bollinger JG, et al. The performance of plasma amyloid beta measurements in identifying amyloid plaques in Alzheimer’s disease: a literature review. Alzheimers Res Ther. 2022;14:195

14 Zetterberg H, Bendlin BB. Biomarkers for Alzheimer’s diseasepreparing for a new era of disease-modifying therapies. Mol Psychiatry. 2021;26:296–308

15 Ritchie CW, Russ TC, Banerjee S, et al. The edinburgh consensus: preparing for the advent of disease-modifying therapies for Alzheimer’s disease. Alzheimers Res Ther. 2017;9:85

16 Gauthier S, Rosa-Neto P, Morias J, Webster C. World Alzheimer report 2021: journey through the diagnosis of dementia. Alzheimer’s Disease International, McGill University, Montreal, Canada; 2021. https://www.alzint.org/resource/world-alzheimerreport-2021/. Accessed September 15, 2022

17 Mattke S, Hanson M. Expected wait times for access to a diseasemodifying Alzheimer’s treatment in the United States. Alzheimers Dement. 2022; 18:1071–4

18 Frank A. Health System Change for Alzheimer’s Disease Modifying Therapies in Canada: First Steps. Canadian Conference on Dementia, Toronto 3 Nov 2023

19 Khushbu J, Yang D, Feldman HH., et al. What patients and caregivers do with knowledge of Alzheimer’s disease CSF test results: Findings from the IMPACT-AD BC study.

Alzheimer’s & Dementia, Volume18, IssueS5 Supplement: Biomarkers – Part 1, 20 December 2022 20 Yang D, Chambers C, Lee PE., et al. Drug therapy, imaging, and other aspects of clinical management change after Alzheimer’s biomarker testing in routine practice: Findings from the IMPACT-AD BC study.

Ce site Web présente de l’information sur des produits destinée à un vaste public au Canada et peut contenir des détails ou des renseignements sur ces produits qui ne pourraient être autrement accessibles ou qui ne sont pas valides dans d’autres pays. Veuillez prendre note que nous n’assumons aucune responsabilité quant à l’accès à de l’information qui peut ne pas être conforme aux exigences légales, à la réglementation, à l’homologation ou à l’usage à l’extérieur du Canada.

Nous joindreInternationallinkedinfacebooktwitterinstagramyoutubeÀ propos de RocheSolutions pharmaceutiquesSolutions diagnostiquesCarrièresMédiasPolitique de confidentialitéDéclaration juridiquePolitique sur les médias sociauxAccessibilité

Vous quittez maintenant le site Web de Hoffmann-La Roche Ltée (« Roche Canada »). Les liens vers tous les sites externes sont fournis à titre de ressources aux visiteurs de notre site. Roche Canada n’assume aucune responsabilité quant au contenu de ces sites. Roche Canada n’exerce aucun contrôle sur ces sites, et les opinions, allégations ou commentaires formulés dans ces sites ne doivent pas être attribués à Roche Canada, sauf indication contraire.