Un fossé à combler

L’innovation doit avant tout servir à aider les personnes qui en ont besoin.

En tant qu’entreprise qui propose de nouveaux produits pharmaceutiques et diagnostiques, nous offrons à la population canadienne des traitements dans les domaines de l’ophtalmologie, des neurosciences, de l’oncologie et des maladies rares. À mesure qu’évoluent nos connaissances scientifiques dans chacune de ces disciplines, nous devons travailler de concert avec les systèmes de santé pour traduire les percées scientifiques en changements concrets pour les patients et les familles. Ces changements peuvent prendre plusieurs formes, mais pour beaucoup de gens, cela signifie simplement avoir accès le plus rapidement possible à ces nouveautés sans compromettre leur santé. 

Pour donner un exemple récent, en collaboration avec les payeurs et les organismes d’évaluation des technologies de la santé (ETS), 609 jours se sont écoulés entre l’homologation d’un des nouveaux traitements de Roche contre le cancer par Santé Canada et l’accès par l’entremise des réseaux publics pour 99 % de la population canadienne. Il ne fait nul doute qu’il y a des progrès à faire à cet égard. Dans la plupart des pays comparables, les patients profitent de nouveaux médicaments homologués plus d’un an avant les Canadiens1. Nous devons faire mieux pour nos patients. Ils doivent avoir accès plus rapidement aux traitements appropriés pour eux.

Prenons par exemple le cancer du poumon. Comme nous le savons, le pronostic suivant un diagnostic de cancer du poumon a évolué considérablement dans les dernières années. En 2018, le taux de survie nette à 5 ans était estimé à 17 %, alors qu’en 2022, le pourcentage de personnes atteintes du cancer du poumon au Canada qui étaient toujours en vie plus de cinq ans après leur diagnostic initial a grimpé à 37 %2. Notre compréhension commune du cancer du poumon et notre approche thérapeutique à son égard ont changé, mais les patients se butent toujours à des obstacles au moment de recevoir le traitement qui leur convient le mieux.

Environ la moitié des cancers du poumon sont diagnostiqués au stade IV, c’est-à-dire à un stade plutôt avancé3. Pour ces patients, les longs délais d’attente pour un traitement ne sont simplement pas une option. Mais imaginons maintenant ce que pourrait être le taux de survie nette dans cinq ou dix ans si plus de patients étaient en mesure de recevoir plus rapidement les traitements novateurs dont ils ont besoin. C’est seulement en travaillant ensemble pour lever les obstacles, notamment en matière de dépistage, d’administration de tests de qualité et d’équité de l’accès, que nous pourrons nous assurer de poser le bon diagnostic et de déterminer le traitement approprié dans les meilleurs délais.

Prenons maintenant un autre exemple : celui du lymphome, un type de cancer du sang. Nos connaissances sur les différents sous-types de lymphome ne cessent de progresser, ce qui peut se traduire par une grande variation sur le plan des pronostics et des traitements pour les personnes qui en sont atteintes, selon le stade de leur maladie. On connaît maintenant plus de 80 sous-types de lymphomes, dont chacun suit une évolution clinique qui lui est propre4.

Par conséquent, il est essentiel de veiller à ce que les traitements approuvés pour le lymphome soient rapidement mis à la disposition des patients, au moment où ils en ont besoin. Dans un livre blanc publié par Lymphome Canada, l’organisme souligne que « bon nombre de patients atteints du cancer doivent recevoir plus d’un type de traitement, d’où la nécessité de mettre constamment au point des traitements en fonction du sous-type de cancer et du stade de la maladie, et de les mettre à la disposition des patients rapidement » [traduction]. Ainsi, un éventail de traitements doivent être disponibles selon le sous-type de lymphome, mais aussi selon les besoins de chaque patient, de sorte que chacun puisse bénéficier des traitements appropriés au fil de l’évolution de sa maladie. La mise au point de nouveaux traitements destinés aux patients atteints d’un lymphome se poursuit, mais comment faire pour veiller à ce qu’ils soient rendus accessibles aux patients le plus rapidement possible?

Avant toute chose, il faut passer à l’action.

Dans son livre blanc, Lymphome Canada formule plusieurs recommandations sur les approches possibles pour faire évoluer le processus d’examen réglementaire et d’évaluation des technologies de la santé, ainsi que pour tirer parti des renseignements et des données probantes obtenues en situation réelle dont nous disposons, dans le but de nous aider à accélérer l’accès aux traitements pour les patients atteints d’un lymphome au Canada.

Parmi les recommandations, certaines consistent à :

  • accroître la transparence des procédures et des mesures d’évaluation afin de mettre en place des méthodes simplifiées qui respectent les objectifs sur le plan des délais;

  • donner davantage de possibilités aux patients et aux cliniciens de formuler des commentaires à toutes les étapes de l’évaluation; et 

  • épauler les patients qui doivent se déplacer pour recevoir des traitements qui ne sont pas encore accessibles dans leur province. 

Ces exemples mettent en lumière des façons concrètes d’accélérer la mise en marché des traitements novateurs et d’accroître leur accessibilité au Canada s’il y a une volonté et un engagement de passer à l’action.

Chez Roche, nous nous engageons à collaborer aussitôt que possible avec les intervenants pour surmonter les obstacles éventuels auxquels ils pourraient faire face pour assurer l’accès à nos solutions novatrices par les patients. Nous visons ainsi à agir non seulement comme fournisseur, mais également à titre de partenaire.

Nous travaillons souvent de près avec les intervenants de soins de santé à tous les niveaux pour faire en sorte que les patients aient accès à nos médicaments au Canada, notamment avec les régimes d’assurance publics et privés. En 2022, Roche Canada a présenté 99 demandes auprès de régimes d’assurance publics et 71 auprès de régimes privés à l’échelle nationale. Nous reconnaissons que notre expertise et notre engagement envers la collaboration seront indispensables pour combler le fossé qui s’est creusé entre l’approbation réglementaire et la disponibilité rapide des traitements essentiel pour les patients.

À la lumière des innovations d’aujourd’hui et de celles à venir, on peut sans doute s’attendre à ce que le secteur des soins de santé ait besoin que nous mettions tous l’épaule à la roue, comme jamais auparavant. Roche Canada s’engage à collaborer avec les autres intervenants, y compris les décideurs politiques, les professionnels de la santé, les payeurs, les patients et les familles, en vue de bâtir un avenir où les innovations en matière de soins de santé sont adoptées et utilisées par un système de soins durable et résilient.

Références

1.Médicaments novateurs Canada. Accès aux médicaments. Consulté le 23 octobre 2023. Accessible en ligne:

2.Société canadienne du cancer. Statistiques canadiennes sur le cancer. Consulté le 23 octobre 2023. Accessible en ligne :

3.Statistique Canada. Le cancer du poumon est la première cause de décès attribuable au cancer au Canada. Consulté le 23 octobre 2023. Accessible en ligne :

4.Lymphome Canada. 2021 Update on Accessing Innovative Cancer Therapies in Canada. Consulté le 23 octobre 2023. Accessible en ligne :

Ce site Web présente de l’information sur des produits destinée à un vaste public au Canada et peut contenir des détails ou des renseignements sur ces produits qui ne pourraient être autrement accessibles ou qui ne sont pas valides dans d’autres pays. Veuillez prendre note que nous n’assumons aucune responsabilité quant à l’accès à de l’information qui peut ne pas être conforme aux exigences légales, à la réglementation, à l’homologation ou à l’usage à l’extérieur du Canada.

Nous joindreInternationallinkedinfacebooktwitterinstagramyoutubeÀ propos de RocheSolutions pharmaceutiquesSolutions diagnostiquesCarrièresMédiasPolitique de confidentialitéDéclaration juridiquePolitique sur les médias sociauxAccessibilité

Vous quittez maintenant le site Web de Hoffmann-La Roche Ltée (« Roche Canada »). Les liens vers tous les sites externes sont fournis à titre de ressources aux visiteurs de notre site. Roche Canada n’assume aucune responsabilité quant au contenu de ces sites. Roche Canada n’exerce aucun contrôle sur ces sites, et les opinions, allégations ou commentaires formulés dans ces sites ne doivent pas être attribués à Roche Canada, sauf indication contraire.